Classements et appélations des vins de Bordeaux

Sur un Cru Classé, le producteur tire le meilleur potentiel d'un sol exceptionnel, de conditions climatiques optimales et de cépages parfaitement adaptés.
Soins constants apportés aux parcelles jusqu'aux vendanges, vinifications et assemblages conçus avec intelligence et sensibilité…Produire un Cru Classé est un art permanent pour maintenir l'excellence, millésime après millésime.

Une excellence reconnue depuis des siècles 

Ces crus ont été identifiés depuis très longtemps par les professionnels et les amateurs. Par exemple, ce fut le cas dès 1609 pour Haut-Brion ou vers 1703 pour Margaux, Lafite Rothschild et Latour. Ils ont aussi été recensés progressivement dans 4 régions du Bordelais : Le Médoc, les Graves, Saint-Emilion ou la région de Sauternes-Barsac.

Pourquoi plusieurs classements ?

Il n'existe aucun classement global des AOC de Bordeaux, ni aucun classement général de tous les crus. Ce serait un non-sens. Peut-on en effet comparer un vin rouge avec un blanc liquoreux, un Saint-Estèphe, à dominante de Cabernet Sauvignon, avec un Saint-Emilion, qui privilégie le Merlot ? Les classements réalisés concernent donc une région homogène, voire une même appellation.

Quelle est leur fonction ?

Les classements sont régis par des textes officiels. Par leur hiérarchisation, ils constituent une valeur de repère acceptée par le marché lors des transactions et par les consommateurs lors de l'achat. Chaque millésime étant différent de domaine à domaine, la valeur des Crus Classés évolue chaque année. Elle donne lieu à une comparaison notamment lors de la vente en primeur. Elle alimente les débats dans la profession et chez certains amateurs. Parfois, le classement fait l'objet d'une révision. C'est le cas tous les 10 ans à Saint-Emilion.

Classement de 1855

Ce premier classement officiel, établi à l'occasion de l'Exposition Universelle de Paris en 1855, concerne 61 vins rouges du Médoc et de Graves et 27 liquoreux de la région de Sauternes.Déjà, il y a trois siècles.

La notion de Cru est apparue au 17ème siècle. Elle reconnaît la valeur d'un sol et des vins qui en sont issus. Tout naturellement, une cotation officieuse s'instaure entre professionnels.
Les courtiers constituent ensuite une cotation plus officielle, reposant sur leur expertise. Elle évalue le goût des vins, la qualité et l'originalité des crus.
En 1742, les notes des courtiers Tastet-Lawton, suivies en 1787 par les "Carnets" de Thomas Jefferson, ambassadeur des Etats-Unis et futur Président, soulignent l'importance de ces cotations.

Un classement impérial

En 1855, à l'occasion de l'Exposition Universelle de Paris, Napoléon III demande à chaque région viticole présentant des vins d'établir un classement. C'est à la Chambre de Commerce et d'Industrie de Bordeaux (CCI) qu'est confié le dossier pour le département de la Gironde.
Par souci d'objectivité, la CCI demande au Syndicat des Courtiers d'établir un classement des vins de la Gironde. Les éléments sont puisés aux meilleures sources dont l'historique des cotations.

Pourquoi le Médoc et les Graves ?

La prépondérance des vins du Médoc et des Graves dans la commercialisation et l'absence de Chambre de Commerce à Libourne, à cette époque, expliquent que seuls des vins de la rive Gauche de la Garonne sont représentés à l'Exposition Universelle et seront classés en 1855.

Une seule révision en un siècle et demi

Ce classement, établi selon la notoriété des Crus et le prix des transactions, reflète leur valeur marchande. Il est le point d'aboutissement d'une réalité du marché et d'une évolution existante depuis plus d'un siècle.
Il a été revu une seule fois en 1973, avec la promotion de Château Mouton-Rothschild au rang de 1er Grand Cru Classé.

Médoc et Graves

Le classement de 1855 compte 1 Cru des Graves (Château Haut-Brion) et 60 Crus du Médoc. Ils se répartissent de la façon suivante :
• 5 Premiers Crus
• 14 Deuxièmes Crus
• 14 Troisièmes Crus
• 10 Quatrièmes Crus
• 18 Cinquièmes Crus.

Sauternes et Barasc

Ces blancs liquoreux "rois des vins, vins des rois" jouissaient déjà sous l'ancien régime d'une cote très élevée. Au 18ème siècle, ils profitent vite d'un marché important auprès des cours de Russie et d'Europe du Nord.

Une entrée méritée au classement de 1855

Lorsque Thomas Jefferson visite le vignoble bordelais en mai 1787, il note la hiérarchie des crus, décrit les terroirs et, en connaisseur, identifie notamment les vignobles de Sauternes et Barsac. Parmi ceux-ci, celui d'Yquem. Ce fin dégustateur décrit parfaitement les différences organoleptiques entre ces différentes communes.
A l'image des vins du Médoc, la grande réputation et l'engouement pour ces blancs liquoreux, les amenèrent à devenir les représentants des vins de la Gironde, lors de l'Exposition Universelle de 1855. A cette occasion, ils firent partie de la sélection et du classement officiel établi par le Syndicat des Courtiers en vin de Bordeaux.

Trois classes seulement

Le classement des crus de Sauternes et Barsac est un peu différent de celui du Médoc car il ne comporte que trois classes : Premier Cru Supérieur, Premiers Crus et Deuxièmes Crus. Les crus du Médoc en ont cinq.
Le "Premier Cru Supérieur" est une classe qui n'existe pas dans le Médoc. Elle a été attribuée seulement au Château d'Yquem. Cette différence de gradation dans le nombre des classes entre les crus du Médoc et ceux de Sauternes et Barsac demeure encore aujourd'hui un peu mystérieux.
27 blancs liquoreux de la région Sauternes et Barsac ont été ainsi classés en 1855, dont 10 dans la région de Barsac :
• 1 Premier Cru Supérieur
• 11 Premiers Crus
• 15 Deuxièmes Crus.

Voir les vins rouges de Bordeaux en vente dans notre boutique en ligne 

Classement de Saint Emilion

Le Classement de Saint-Emilion date de 1955 et concerne seulement l'appellation Saint-Emilion Grand Cru. Il est révisé tous les 10 ans.

Promouvoir une qualité évidente
Dès 1930, le Syndicat des Producteurs de Saint-Emilion souhaite se doter d'un classement, pour sa fonction de repère auprès des consommateurs et comme outil de promotion fort.
En 1955, le premier classement est publié sous l'égide de l'Institut National des Appellations d'Origine (INAO).

Un classement innovant

Ce classement comprend deux catégories :
• Saint-Emilion Premier Grand Cru Classé A et B
• Saint-Emilion Grand Cru Classé

Ses principes sont novateurs par rapport aux classements antérieurs.
La demande de classement relève de l'initiative des propriétaires. Ils doivent déposer un dossier officiel. Les crus déjà classés doivent accomplir cette démarche, car le classement est entièrement revu tous les 10 ans. Il les invite à poursuivre leurs efforts pour conserver leur titre.
Le prix de vente constaté des vins n'est pas un critère de classement.
Le jury est composé d'experts aux compétences larges (œnologues, viticulteurs, négociants, courtiers, représentants des milieux économiques et juridiques).

D'autres principes stricts

• Pour faire acte de candidature, le domaine doit être "une exploitation viticole présentant une entité culturale et économique suffisante".
• Le cru candidat doit "comporter des chais exclusivement réservés aux vins de l'exploitation".
• Il doit aussi comporter "au moins 50% du total des vignes susceptibles de produire des vins ayant droit à l'AOC Saint-Emilion Grand Cru en vignes de plus de 12 ans d'âge".
• La propriété doit "avoir pour les 10 dernières années obtenu -au moins pour 7 récoltes- l'agrément de l'AOC Saint Emilion Grand Cru".
• Les candidats doivent aussi s'engager à ne pas modifier l'assiette foncière du vignoble et à mettre le vin en bouteilles sur place.

Voir les vins rouges St Emilion / Pomerol / Fronsa en vente dans notre boutique en ligne 

Classement des crus bourgeois du Médoc.

L'Alliance des Crus Bourgeois du Médoc comprend plus de 200 domaines.
Grâce aux bourgeois de Bordeaux.

Le 12ème siècle, sous domination anglaise, voit apparaître à Bordeaux ses premiers bourgeois. Ils jouissent de droits et privilèges, notamment une exonération de charges sur les vins de leur vigne. Au 15ème siècle, lorsque la Guyenne redevient française, ils conservent "le privilège de porter l'épée et de posséder des terres seigneuriales". Ces riches commerçants peuvent acquérir dans le Médoc d'excellentes terres viticoles à qui l'on donne le nom de "Crus Bourgeois".

Une renaissance depuis 20 ans

En 1932, 444 domaines sont consacrés officiellement "Crus Bourgeois" par le Syndicat des Courtiers de Bordeaux.
Mais après la 2ème guerre mondiale puis le gel de 1956, leur nombre tombe à 94.
L'essor exceptionnel des vins de Bordeaux dans les années 80-90 replace les Crus Bourgeois sur le devant de la scène.
Avec les progrès techniques en viticulture, le classement de 1932 doit être revu pour lui donner un caractère plus actuel et plus objectif.

Un atout économique dans le Médoc

Les Crus Bourgeois du Médoc ont une importance économique significative à Bordeaux : 40 millions de bouteilles sont vendues à travers le monde. Ils représentent 2400 emplois et 44% des vignes du Médoc.

Mieux lire les étiquettes

A partir du millésime 2006, trois nouvelles règles sont entrées en vigueur pour accroître la lisibilité des étiquettes :
• Il n'est pas permis de mentionner de nom de cuvée sur l'étiquette frontale;
• L'âge des vignes et la mention d'un élevage en fûts n'est pas autorisée;
• La mention et le niveau du classement sont obligatoires sur la bouteille.

Voir les vins rouges du Médoc en vente dans notre boutique en ligne 

Classement des Crus Artisans

Les Crus Artisans du Médoc désignent aujourd'hui 44 petits domaines viticoles familiaux. Les producteurs cultivent la vigne, font leur vin avec passion et le vendent eux-mêmes.

Small is beautiful

En Médoc, la dénomination "Cru Artisan" existe depuis plus de 150 ans, à côté des grands domaines souvent classés. L'édition 1868 de Bordeaux et ses vins, de Cocks et Féret, en fait largement mention pour leur qualité. Ce sont souvent des propriétés de moins de cinq hectares où la passion du vin a survécu aux guerres, aux crises économiques et à l'exode rural.

L'œuvre du Syndicat

Ce classement est l'aboutissement d'un long processus engagé par le Syndicat des Crus Artisans du Médoc. Depuis février 1989, ce syndicat a mis toute son énergie pour redonner ses lettres de noblesse à cette famille de crus qui avait disparu dans les années 1930.
Il a remis à l'honneur le terme "Artisan" reconnu par l'Union Européenne en 1994.
En 2002, les pouvoirs publics ont défini les conditions d'un classement des Crus Artisans dans les huit appellations du Médoc :
• Les propriétés classées doivent être des structures familiales et regroupant au sein d'une même entité la viticulture, la vinification et la commercialisation des vins. Elles respectent les normes de leur AOC.
• Les Crus Artisans peuvent utiliser la dénomination "Cru Artisan" dans l'étiquetage, la présentation, la publicité et sur tous les supports de communication.

Seulement 44 crus
Depuis janvier 2006, après une dégustation de leurs derniers millésimes par un jury professionnel, 44 propriétés des AOC du Médoc, Haut-Médoc, Listrac-Médoc, Moulis, Margaux, Pauillac, Saint-Julien et Saint-Estèphe, ont obtenu le titre de "Cru Artisan".
Elles représentent aujourd'hui 340 hectares de vignes en production, principalement dans les appellations Médoc et Haut-Médoc.

Nous acceptons : carte bleue, Papypal, les chèques, virements So Colissimo

© 1999 - 2017 Vinimarché | Mentions Légales - Conditions générales de vente

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Fermer navigation

Vinimarché - Votre caviste en ligne